Header Social Gones
Et si l'OL était entraîné par... Simeone ! Épisode 2
09JAN
  • Publié le 09/01/2018 à 21:28 par Tang__S

Et si l'OL était entraîné par... Simeone ! Épisode 2

Plongez dans un monde extraordinaire, dans un univers fantastique à l’air vivifiant : imaginez l’OL coaché par un grand entraîneur ! Oui, un grand entraîneur, capable de tirer le maximum de ses joueurs, d’inculquer un style et une identité à son équipe, de trouver une cohérence au fil des matchs, de laisser un héritage suite à son passage et de (re)faire de l’OL un collectif redoutable et redouté en France et en Europe. Présentation de ce que pourrait être l’OL coaché par…Diego Simeone.

Style de jeu

 

 Arrivé en décembre 2011 pour sauver un Atletico en détresse, Diego Simeone a littéralement transformé son équipe en la propulsant et en la maintenant au sommet du football espagnol et européen. « El Cholo » a façonné son Atleti pour en faire un sérieux concurrent au Barça et au Real Madrid en Espagne et un véritable prétendant à la victoire finale en Ligue des Champions. Discipline tactique, intelligence défensive et intensité de la première à la dernière minute sont les principaux préceptes du « Cholismo ». Avec deux lignes de quatre très compactes, l’Atletico est l’une des équipes le plus difficile à manœuvrer d’Europe.

Une compacité qui a valu les louanges d’Arrigo Sacchi, entraineur du grand Milan AC dans les années 90 : « J'ai été ravi de voir la compacité de l'équipe de Simeone […] dans cette façon de se défendre il y avait de la beauté, il y avait de l'harmonie, il y avait de la détermination et il y avait tellement d'esprit de sacrifice ». Souvent réduit comme une équipe uniquement sur la défensive, l’Atletico alterne pourtant les phases de pressing et les phases défensives dans sa moitié de terrain. Une agressivité dans le pressing qui lui permet d’être redoutable lors de la récupération du ballon avec une projection « éclair » vers l’avant.

Son onze probable

 

Et si l'OL était entraîné par... Simeone ! Épisode 2

Si l’Atletico doit sa solidité à une organisation parfaitement huilée, elle ne serait pas aussi efficace sans un très grand gardien. Thibaut Courtois de 2011 à 2014 et Jan Oblak depuis 2014 ont montré qu’ils pouvaient soulager leur défense en sortant les bons arrêts au bon moment. A l’OL, Anthony Lopes occupe indiscutablement le poste depuis  2013, et devient de plus en plus régulier dans ses prestations.  

« Nous avons une grande confiance en Simeone, nous sommes avec lui jusqu'à la mort et il est avec nous » - Diego Godin

En défense, Simeone ne peut compter que sur des soldats, très costaud, capables de se sacrifier pour le collectif. Dans l’axe, Diego Godin est son plus fidèle serviteur et fait partie de ce qui se fait de mieux au poste dans le monde. Du côté de l’OL, Marcelo, part son expérience, sa solidité dans les duels et son côté leader semble parfaitement convenir à ce que Simeone attend d’un cadre en défense tout comme Mouctar Diakhaby de part son côté très athlétique.

Au niveau des latéraux, « El Cholo » attend d’eux une projection très rapide vers l’avant pour accompagner les attaques en terminant par des centres afin d’alimenter les attaquants ce que parviennent très bien à faire Juanfran (à droite) et Filipe Luis (à gauche) en plus de leurs qualités défensives. A l’OL, Kenny Tete (à droite) et Fernando Marçal (à gauche) donnent, pour l’heure, plus de garanties en défense que Rafael et Ferland Mendy.

 

Au milieu, Simeone est parvenu à trouver un équilibre entre un ailier pur sur un côté et un milieu au profil plus « axial » de l’autre côté. Ainsi, Bertrand Traore peut faire à l’OL ce que Yannick Carrasco fait à l’Atletico en enchainant les allers-retours sur son côté, tout comme Houssem Aouar peut se rapprocher de ce que réalise Saul Niguez avec les Colchoneros.

Dans le cœur du jeu, l’animation s’articule autour d’un double-pivot (Gabi et Koke à l’Atletico). L’abnégation, l’intelligence dans le placement et le gout de l’effort de Lucas Tousart mêlés à la capacité à mettre du rythme, de l’intensité et à se projeter vers l’avant de Tanguy Ndombele, rendent déjà ce duo « Simeone compatible ».

« Diego Costa transmet une force qui contamine le groupe de manière incroyable. Sa démarche sur la pelouse est sa manière de dire qu’il est prêt à tout casser » - Diego Simeone

Devant, Simeone utilise deux attaquants, avec l’un (Griezmann) plus en retrait du deuxième (Torres ou Gameiro). Un binôme pour se partager les tâches défensives et pour faciliter le pressing tout en ajoutant de la présence pour les offensives. Si aujourd’hui Antoine Griezmann est l’un des attaquants les plus complets de la planète, Simeone y est pour beaucoup.

 

A Lyon, Nabil Fekir a tout pour devenir aussi complet en étant capable d’être autant performant à la construction et à la finition. De retour à l’Atletico cet hiver, Diego Costa à été déterminant dans le retour au sommet des colchoneros. Toujours attiré par le but, épuisant pour n’importe quel défenseur, une « grinta » à tout instant, Mariano a d’étranges similitudes avec le buteur rojiblanco, de quoi devenir le « Diego Costa lyonnais » ?

Diego Simeone et l’OL

 

 

En tant qu’entraineur Diego Simeone n’a jamais affronté l’Olympique Lyonnais. Par contre, lorsqu’il était joueur, l’argentin a rencontré à deux reprise l’OL. C’était avec l’Inter Milan en 16e de finale de la Coupe de l’UEFA. Malgré une victoire à l’aller à Giuseppe-Meazza 2-1 grâce à Giuly et Caveglia, l’OL s’incline 3-1 au retour et est éliminé. Diego Simeone était titulaire lors du match aller et est entré en jeu lors du retour à Gerland.

Inter Milan – OL (1-2) :

 

Suivez-nous sur Facebook