Header Social Gones
Marseille - OL : une balle de match olympique
12MAY

Marseille - OL : une balle de match olympique

Vaincre dans l’Olympico pour remporter le Derby… La donne est simple mais alléchante pour les Lyonnais au moment d’affronter des Marseillais à la dérive en clôture de cette 36e journée de Ligue 1 (21h, Canal +).

L’Olympique Lyonnais

Le soulagement. Voilà qui semble assez justement définir le ressenti de bon nombre de supporters rhodaniens en ce mois de mai aussi venteux que pluvieux. Le soulagement de voir cette saison éprouvante arriver à son terme et probablement sur la troisième marche du podium, ce qui est une nouvelle fois une mission bien plus compliquée qu’elle ne devrait l’être compte tenu du statut et des moyens de l’Institution chère à Jean-Michel Aulas. À la lutte avec le « club d’à côté », l’OL a la possibilité de faire le break et de s’offrir une dernière rencontre à la maison sereine et décisive, samedi prochain face au Stade Malherbe de Caen. Pour se faire, une victoire en terre provençale s’impose pour le groupe de Bruno Genesio, dans ce qui s’apparente à l’ultime « choc » dirigé par ce dernier en tant qu’entraîneur principal de l’Olympique Lyonnais.

Le futur ex-coach de l’OL sera privé de Jason Denayer, touché au ménisque, et de l’international batave Kenny Tete, lui aussi convalescent. De fait, Marcelo devrait être accompagné de Fernando Marçal ou Jérémy Morel dans l’axe de la défense lyonnaise. Cela semble être la seule incertitude majeure à l’heure d’affronter les Sudistes, le onze aligné face au Lille de Christophe Galtier dimanche dernier ne devant être que très peu chamboulé.

La compo probable : Lopes - Dubois, Marcelo, Marçal (ou Morel), Mendy - Aouar, Ndombélé - Cornet, Fekir, Terrier - Memphis

L’Olympique de Marseille

Des « Jean-Michel Aulas, on va tout casser chez toi ! » aux « Direction démission ! », il n’y aura eu qu’un pas, ou plutôt, que douze petits mois catastrophiques qui ont eu raison du Champions Project finalement plus ridicule que son illustre prédécesseur, le fameux « projet Dortmund » de l’oublié Vincent Labrune. Désormais plus Jacques-Henri que « héros », le président marseillais est au cœur de la tempête alors que son club risque de ne même pas disputer de compétition européenne la saison prochaine. Dans les remous qui menacent le Vieux Port, Rudi Garcia est lui aussi en première ligne et ce n’est pas l’arrivée de Mario Balotelli qui aura sauvé son groupe surcoté et vieillissant tout autant que coûteux, le comportement du fantasque italien ayant parfois mis en plus grand danger encore la formation phocéenne. Il convient néanmoins d’être prudent tant le football est imprévisible et tant l’OL est parfois déprimant dans sa capacité à relancer n’importe quelle équipe en délicatesse se dressant sur son chemin.

L’arbitre

C’est l’expérimenté Ruddy Buquet qui sera chargé d’arbitrer cette rencontre si particulière de notre championnat. Né en 1977, il officie dans l’élite depuis l’édition 2008-2009. Cette saison, M. Buquet a arbitré l’OL à quatre reprises : à Reims (1-0), Angers (1-2), Toulouse (2-2) et lors de la réception de Caen en Coupe de France (3-1).

Suivez-nous sur Facebook