Header Social Gones
OL - Lille : la LDC commence maintenant
04MAY

OL - Lille : la LDC commence maintenant

D’une certaine façon, la Ligue des champions édition 2019-2020 commence ce week-end en France. Car ce match, c’est presque un avant-tour préliminaire, un pré-barrage. À ceci près qu’à force de griller ses cartouches comme un sagouin, à se faire damer le pion par des Nantes et des Dijon, l’OL n’a plus son destin entre ses mains. L’espoir existe encore, cependant, mais les conditions de sa réalisation sont grasses, ardues, et le font inéluctablement rimer avec « victoire » et « dimanche soir ».

L’Olympique Lyonnais

Cardiaques s’abstenir ! Largement dominateurs contre Angers et Bordeaux, les Lyonnais ont encore trouvé le moyen de se faire peur. Faute de transformer ne serait-ce que la moitié de leurs occasions, les hommes du futur ex-entraîneur Bruno Genesio n’auront presque jamais été à l’abri dans aucun match cette saison. Depuis la trêve, surtout, le goalaverage est maigre (+6 grâce, notamment, au 5-1 contre Toulouse début mars). La réception du DFCO et le déplacement en Loire-Atlantique, malgré leur issue favorable, l’auront encore largement démontré. Parler de fébrilité défensive serait un doux euphémisme. Ce qui devait constituer les fondations de la stratégie génésienne est un château, oui, mais de cartes ! L’OL est aujourd’hui dans le ventre mou des défenses de Ligue 1 (9e derrière Angers).

Contre ce LOSC-là et son fer de lance, Nicolas Pépé, pas question de baisser le pont-levis. Il va falloir creuser les douves du fort fragile et s’armer de vigilance. Au point d’écarter le pataud Marcelo du onze de départ malgré son statut de joueur le plus utilisé au Groupama Stadium ? Rappelons que les Lyonnais n’ont pas battu les Lillois à domicile depuis… 2014 ! Une stat qui rappelle celle du voyage à Bordeaux, qui avait souri aux coéquipiers de Memphis. Espérons qu’il en sera de même dimanche sur les coups de 23h. C’est loin d’être fait car, on ne va pas se mentir là non plus : les Lillois sont sans doute les plus gros « emmerdeurs » des Gones en championnat, et ça ne date pas de cette saison. Vous avez dit bête noire ?

L’OL a néanmoins largement les armes pour prendre le meilleur. Le coach rhodanien disposera d’un groupe presque au complet (manquent Rafael et Marçal) pour faire trébucher le dauphin du leader parisien et, accessoirement, garder ses distances avec la meute verte qui aboie à seulement 3 points. Car le danger est aussi – voire surtout – là.

Le Lille OSC 

Si les Dogues cartonnent à domicile ces derniers temps, ils marquent le pas à l’extérieur où ils restent sur deux résultats nuls (à Toulouse et Reims). Prudence toutefois car avant cela, ils s’étaient imposés à Saint-Étienne et à Nantes, deux équipes qui, comme dirait Jean-Michel Larqué, se sont bien « refait la cerise » depuis. Difficile donc de faire un pronostic sur la prestation nordiste et le score final de ce match au sommet.

En coulisse, tandis que le patron du LOSC, Gérard Lopez, espère envoyer Pépé au PSG la saison prochaine (le même Pépé qui avait décliné l’OL l’été dernier), Christophe Galtier vient d’opposer une fin de non-recevoir au président Aulas, pour le cas où ce dernier lui aurait fait du pied à mots couverts (on n’a rien vu de tel, et les récentes déclarations de JMA qui entend « frapper un grand coup » semblent loin du profil du coach lillois, mais bon). Tout cela transpire quelque peu l’arrogance et il serait bon de « remettre l’église au milieu du village », pour rester dans les expressions surannées… Galtier ne fera pas de cadeau à l’OL. Et s’il peut faire coup double en aidant ses anciens Verts, il ne s’en privera pas. Aux Lyonnais – joueurs et supporters – de lui rappeler où il est.

 

L’arbitre

Faut-il encore présenter Clément Turpin ? Le piège serait de croire que son bilan au Parc OL en L1 (7V 1N 0D en faveur de Lyon) est un bon présage pour les propriétaires des lieux. Or les pièges sont comme les promesses : ils n’engagent que ceux qui tombent dedans.