Header Social Gones
OL - Paris SG : veuillez effectuer la mise à jour
03FEB

OL - Paris SG : veuillez effectuer la mise à jour

Il avait tout du bug, ce match aller au Parc des princes. Le score lourd sanctionnait autant le réalisme façon « cheatcode » de Mbappé (4 buts en 13 minutes) que le crash inattendu d’un logiciel lyonnais très stable jusque-là. Ce dimanche soir, l’objectif sera double : pixelliser l’assurance de l’adversaire jusqu’à l’ultime seconde du temps additionnel et ne pas laisser filer des Lillois provisoirement à 6 unités devant.

L’Olympique Lyonnais

On va dire que la phase bêta est derrière nous. Dans le « PC Ligue 1 » à deux disques durs (le SSD pour Paris, le HDD pour les autres), la place « naturelle » de l’OL – pour reprendre un terme cher au fondateur de la CEGID – n’est pas à 16 points d’un leader qui compte encore deux matchs en retard. Différence de budget ou pas, le plantage du 7 octobre dernier doit n’avoir été rien d’autre qu’un conflit informatique entre un blockbuster pour carte graphique overclockée et une version prototype qui a eu quatre mois pour s’actualiser. L’heure est venue d’installer le patch qui corrigera la naïveté de l’automne et de cliquer sur « Appliquer ». L’heure est venue aussi d’en imposer sur le terrain comme dans la coulisse où JMA ne se prive pas de « fragger », avant chaque confrontation, le club sous perfusion qatarienne. Ainsi, vendredi dans Le Progrès :

« Je suis contre le modèle dégagé par le PSG. Je suis contre ce financement d’État, qui attribue un titre de champion, qui qualifie automatiquement le PSG pour la Ligue des champions. Le PSG, c’est 700 à 800 millions d’euros de budget. On ne va pas dire que l’on est le pays uniquement des gilets jaunes, mais un peu de décence devrait être ressentie par les instances et les politiques. Mais puisque avec la DNCG tout est permis, et que le fair-play financier est bafoué… » Le démenti de M. Ribes, responsable de la communication du club parisien, quant au budget de son club ne trompe personne.

Mais qu’importe ces querelles de « gamers » millionnaires. Pas question de cantonner le test de ce soir à une vulgaire opposition économique. C’est d’abord sur le terrain que l’écart doit être réduit, et aucune équipe française ne l’a mieux démontré que l’OL (revoyez les buts de Bastos, Kallström, Darder, Memphis…) depuis 2011 et l’arrivée des gazodollars de Doha dans le foot français. En clôture de cette J23, Bruno Genesio pourra compter sur un groupe au complet, hormis Marçal (suspendu) et Rafael (reprise), pour tenter d’enregistrer une 3e victoire de rang en L1.

Le Paris SG

Les Parisiens se présenteront à Décines sans Neymar, sans doute le travailleur à temps partiel le plus cher du monde (parti se faire soigner à Barcelone), ni Verratti. Kurzawa, buteur l’an dernier au Parc OL, sera absent également. En revanche, la recrue Paredes sera du voyage, tout comme le paria Rabiot qui a réintégré le groupe cette semaine. Cavani et Mbappé animeront le front de l’attaque, tandis que Buffon devrait garder le but des Franciliens. Sur les 10 derniers OL-PSG, le bilan est de 4V 4N 2D pour les Lyonnais.

L’arbitre

Clément Turpin arbitrera ce qui s’affirme chaque année un peu plus comme « le » sommet du championnat. Une habitude pour le natif du Val de Loire. Cette saison en Ligue 1, il a officié sur deux rencontres de l’OL – deux grosses affiches, déjà : OL-OM (4-2) et OL-Monaco (3-0).

Suivez-nous sur Facebook