Header Social Gones
Fekir dans les pas de Modric ?
24DEC

Fekir dans les pas de Modric ?

Le quotidien espagnol Marca nous apprend ce lundi que Nabil Fekir aurait été proposé au Real Madrid...

Si ce n’est pas la première fois que la rumeur envoie le capitaine lyonnais en Liga (on se souvient de bruits de couloir en provenance du Barça l’an dernier), l’idée que le staff de l’OL ait pu prendre les devants cette fois-ci semble indiquer que le joueur n’a pas très envie de prolonger son expérience dans le Rhône au-delà du 30 juin 2020, date de la fin de son contrat actuel. Rappelons pour l’occasion qu’il est lié à son agent J-P Bernès jusqu’au 30 avril 2019.

S’il veut tirer le meilleur financièrement de son poulain, et surtout ne pas se retrouver le bec dans l’eau comme avec Ghezzal (bien que les deux gauchers aient une mentalité et un attachement au club sans doute diamétralement opposés, le Décinois étant parti libre), l’Olympique Lyonnais sera bien inspiré de vendre son meneur de jeu avant l’été prochain. Liverpool et la Premier League « rôdent » toujours, mais la perspective d’évoluer dans le plus grand club du monde pour essayer de prendre la suite du Ballon d’or Modric – qui va déjà sur ses 34 ans, et même si le Croate joue un peu plus reculé – et de faire oublier un Isco qui n’est pas dans les petits papiers du coach Solari a de quoi séduire l’ancienne terreur de Saint-Priest. La balle est dans son camp… et dans celle de Real, qui a aussi d’autres joueurs dans le collimateur, comme E. Palacios et Rodrygo, ainsi que le jeune Vinicius, qui a pris la relève de Mariano Diaz à la Castilla. Avantage de Nabil Fekir sur ces trois-là : l’expérience. À 25 ans, le champion du monde approche de la fleur de l’âge pour un footballeur.

D’ici là, le numéro 18 de l’OL a une saison à terminer, car on imagine difficilement un départ dès janvier, surtout avec un 1/8 de Ligue des champions contre le Barça en ligne de mire (Nabil ne jouera que le retour au Camp Nou). La perspective d’un transfert chez le géant madrilène peut en tout cas contribuer à la « renaissance » du phénix lyonnais, renaissance déjà entamée ces dernières semaines en L1 et en C1 après un début de saison morose auquel son transfert raté chez les Reds n’était sans doute pas étranger.