Header Social Gones
OL-ASSE : Le derby vu par Dominique Blanchard
31OCT

OL-ASSE : Le derby vu par Dominique Blanchard

Suite aujourd'hui de notre série d'interview consacrée au 115ème derby de l'histoire entre Saint-Etienne et Lyon. Vous avez aimé notre premier entretien hier soir avec Razik Brikh, vous allez adorer celui de Dominique Blanchard ! Le passionné et passionnant commentateur qui faisait vibrer plus d'un supporter les soirs de matchs à l'époque sur radio France Lyon et qui a marqué de son empreinte pendant plus de 20 ans les matinales de LCI se livre à son tour sur cette rivalité régionale.

-Que représente le derby pour toi, Dominique ?  

Même si j’ai quitté Lyon depuis 23 ans, le derby reste un moment important de la saison. Ce soir là, j’ai l’impression d’être toujours un gone, certes je suis à 450kms de distance, mais je reste tout proche de ma ville… Pas de chance quand on gagne c’est difficile de chambrer les stéphanois comme il y’en a peu à Paris. C’est aussi ça le derby : pouvoir chambrer les Stephs pendant plusieurs semaines.  Le derby c’est aussi des souvenirs qui restent gravés dans la mémoire. Je me souviens notamment d’un petit derby à Feurs en 90 en match de préparation. Un vert déborde toute la défense lyonnaise avant de se faire tacler par un supporter lyonnais le long de la touche qui tend la jambe et le fait tomber. C’était génial, je m’en souviendrai toute ma vie, du jamais vu.  

-Quel joueur pour toi a le plus marqué l’histoire des derbys côté lyonnais depuis les années 2000 ?  

Govou, Juninho, Benzema…la liste est longue de ces joueurs lyonnais qui ont fait basculer le derby. Et je n’oublie pas évidemment Lacazette avec ce triplé lors du dernier derby à Gerland.  Je me souviens de Govou aussi qui avait donné la victoire à l’OL 3-2. C’était en 2004. Ce soir là je préparais mon plateau pour LCI en envisageant une défaite de l’OL. Sainté menait 2-1 sauf que Juni égalise à la 87ème avant que Govou ne donne la victoire à la 92ème à l’OL. Résultat, j’ai été obligé d’improviser en plateau, mais bizarrement, c’était bien plus facile, et avec un grand sourire ! 

-En tant que bon lyonnais détestes-tu Saint-Etienne ou aimes-tu les détester ?  

Je ne déteste pas Saint-Etienne, je n’aime pas ce club, un point c’est tout…Mais j’ai plein de copains stéphanois, et je n’approuve pas la haine des supporters. Tout ça c’est avant du chambrage et de la rivalité sportive, même s’il m’est arrivé quelques trucs avec des Stéphanois parfois. Un jour, les Stéphanois ont essayé de me faire virer de TLM. J’avais refusé de commenter les matchs de Sainté. Les supporters verts me trouvaient trop supporter de l’OL, alors ils avaient appelé la direction de TLM pour que je me fasse sermonner ! Heureusement, on m’avait rien dit. Il y’avait aussi les derbys où on allait gagner à Sainté , par exemple avec le but de Rémi Garde en mars 1992 sur pénalty, j’étais le seul à gueuler comme un dingue dans le stade, ce qui me causait pas mal d’emmerdes là-bas. Heureusement ça n’a jamais mal tourné parce que certains supporters lyonnais me protégeaient.  

-Saint-Etienne, en un mot ?  

Une ville de campagne.  

-Quel est le meilleur souvenir que tu gardes d’un derby ?  

Evidemment  le derby de 1990 avec le but contre son camp de Kastendeuch...on peut encore écouter mon commentaire sur internet...Ce jour là j’ai tellement crié que j’ai failli faire un malaise à la sortie. A ce moment je suis la seule voix qu’on entend dans le stade à Geoffroy-Guichard, c’était énorme. T’es dominé pendant 90 minutes et tu marques à 10 minutes de la fin sans avoir passé le milieu de terrain, c’est ceux qui marquent tout seul contre leur camp. C’est d’autant plus jouissif que la victoire est pas du tout méritée !  

 

-Si je te dis 90+3, tu me réponds…? 
Centre de Yoann, tête de Jimmy…quel pied ! Le meilleur souvenir des derbys ces dernières années. 

 

-Tu achètes un billet pour aller voir un match, ton numéro de siège est le 42. Tu le changes ?  

Non, puisque c’est pour mettre mes fesses dessus ! 

 

-Et enfin, ton pronostic pour ce 115ème derby de l’histoire ? 

Peut-être un match nul, 1-1.  

*Fin de l'interview. 

 

Nous remercions Dominique d'avoir répondu à nos questions, celui qui faisait palpiter le coeur des lyonnais et qui a toujours commenté avec passion ses matchs. Big respect monsieur Blanchard ! 

Suivez-nous sur Facebook