Header Social Gones
OL - Hoffenheim : la tranchée des huitièmes
07NOV

OL - Hoffenheim : la tranchée des huitièmes

Hasard du calendrier, c’est une confrontation franco-allemande qui va grandement décider de l’avenir de l’OL en Europe, ceci en pleine période de commémoration du centenaire de l’armistice de la Der des ders. Dans la « tranchée » du Groupama Stadium, théâtre d’une symbolique guerre de position au classement, la mission sera simple et claire : se rapprocher des huitièmes.

L’Olympique Lyonnais

Malgré les retrouvailles du bouillant public lyonnais avec la C1, la section de l’adjudant-chef Genesio risque d’avoir fort à faire face à l’escouade teutonne. Insignifiant dans le jeu depuis plusieurs matchs – le plus abouti reste, paradoxalement et en dépit de son score lourd, celui contre le PSG il y a pile un mois (déjà !) – cet OL ne rassure pas. On peut même dire qu’il végète. C’est à se demander s’il ne lui faudrait pas un petit coup de gaz moutarde dans les naseaux pour le sortir de sa torpeur. Journée après journée, les promesses de réveil succèdent aux discours lénifiants des conférences de presse sans que ni les unes, ni les autres ne se traduisent à aucun moment en action dans la boue des terrains de France et d’ailleurs.

Ce mercredi, il va donc falloir compter sur le bon vouloir de nos tire-au-flanc bien aimés pour espérer voir un peu de cet entrain et de cette ardeur à l’ouvrage qui galvanisent les camarades du front et remobilisent les soutiens prétendument « indulgents » restés à l’arrière – autrement dit, les supporters.

Quoique L’Équipe évoque ci-dessus un nouveau système en 3-5-1-1, l’état-major lyonnais pourrait se laisser tenter par le 4-2-3-1 en misant sur une « triple entente » Aouar - Fekir - Cornet derrière l’artificier Memphis, préféré à Dembélé selon RMC. Derrière les défensifs Ndombélé (s’il joue) et Tousart, il faut se convaincre aussi que la charnière flanquée de ses latéraux sera plus difficile à contourner que l’ersatz de ligne Maginot qui nous été proposé face à Bordeaux. Pour nos Poilus d’un soir, il est impératif que le déroulement des opérations tienne davantage des sentiers de la gloire que du chemin des Dames…

TSG Hoffenheim

Dans le camp d’en face, la tendance est incomparablement meilleure, du moins si l’on s’en tient aux chiffres. Bien qu’elles aient trébuché en coupe d’Allemagne face au RB Leipzig (pas le premier club venu non plus), les Stosstruppen de Nagelsmann viennent d’en passer 8 en deux matchs de Bundesliga : Stuttgart (4-0) et Leverkusen (4-1) ont fait les frais du regain de forme de la formation du Bade-Wurtemberg dont 1 600 supporters garniront le parcage décinois. Le Kaiser brésilien Joelinton, notamment, est plus dangereux qu’une grenade dégoupillée (3 buts, une passe décisive et un penalty provoqué en 3 matchs) et l’ancien gone Ishak Belfodil s’est fendu d’un doublé le 27 octobre.  À noter que Kramaric, auteur lui aussi d’un doublé contre l’OL, était à l’arrêt ces jours-ci mais devrait être aligné ce soir.

Si Hoffenheim a du mal à l’extérieur en C1, le danger est d’autant plus réel pour les Lyonnais qu’un succès des « casques à pointe » en short ramènerait les deux équipes à égalité dans ce groupe F. À supposer que la situation tourne au vinaigre, nos Gones pourront toujours s’en remettre à la célèbre et vertueuse invite du Maréchal Foch : « Mon centre cède, ma droite recule, situation excellente, j’attaque ! ».

Compo possible de Hoffenheim : Baumann - Adams, Vogt, Bičakčić - Kadeřábek, Grillitsch, Demirbay, Schulz, Belfodil - Joelinton, Kramarić. Absents : Szalai (malade). Incertains : Amiri (entraînement léger), Geiger (entraînement léger), Hübner (entraînement léger), Rupp (entraînement léger)

L’arbitre

C’est le Néerlandais Danny Makkelie qui sera au sifflet. Âgé de 35 ans, il n’a jamais arbitré de club français en phase finale de C1. Il officiait cependant lors du Monaco - Young Boys de Berne (4-0) du 3e tour qualificatif à l’été 2015.

Suivez-nous sur Facebook