Header Social Gones
Paris SG - OL : les Thermopyles de Gaule
07OCT

Paris SG - OL : les Thermopyles de Gaule

Les Lyonnais, qui restent sur deux nuls piteux, croisent le fer avec le Titan parisien. Un match « capital » mais déséquilibré tant la force offensive des locaux semble loin au-dessus de la concurrence en France, voire en Europe. Un tableau paradoxalement taillé pour les joueurs de Bruno Genesio, qui aiment à se dépasser face aux obstacles les plus hauts. Ce soir, onze soldats seront convoqués sur le pré. Ahou !

L’Olympique Lyonnais

Un mal chronique. On ne saurait définir autrement l’inconstance des Gones qui s’est encore vérifiée face au Shakhtar. En sport, la tête fait 80 % du travail. L’oublier, c’est se préparer à des désillusions en cascade et c’est exactement ce qui se passe cette saison. Avec un peu plus d’implication – ou « d’intensité », dixit Genesio – les protégés de JMA ne seraient sûrement pas cinquièmes à 10 points du leader après moins de 10 journées. Un parcours de capricieux qui fait dire au président rhodanien que le PSG finira avec 30 points d’avance. Déjà un constat d’échec ? Espérons que face à l’armada parisienne, nos petits Spartiates retrouvent un peu d’envie. Dans les jambes et, surtout, dans les têtes.

Que faire face à l’obstacle du soir ? Comment aborder le navire de guerre qatarien ? Sûrement pas jouer sa partition dans son coin, mais faire bloc. Faire « un ». Bruno Genesio n’a rien laissé filtrer dans la conférence de presse d’hier, mais nul besoin d’être oracle pour deviner que la formation lyonnaise devrait être défensive avec un milieu fourni. Si le 4-4-1-1 tient la corde, le choix des hommes sera déterminant. Il faut souhaiter que Tousart et Traoré, mauvais en ce moment, resterons sur le banc. Plus aptes au repli défensif, Aouar et surtout Cornet pourraient débuter. On regrettera l’absence de Tete, qui avait si bien muselé Neymar l’an passé, surtout que Rafael est incertain. Comme face à City, autre navire redoutable (cf. l’écusson du club), les lances lyonnaises devront être précises. Il faudra viser juste sur les contres. L’exploit passe par là. Et par un capitaine Fekir en mode Leonidas.

Le groupe lyonnais :

Le Paris SG

À bloc en ce début de saison, les Parisiens visent un record (un de plus) : 9 victoires d’affilée sur les 9 premières journées de L1. Du jamais vu dans l’élite du foot français depuis la création du championnat pro en 1932/33. On est tenté de croire que les Lyonnais, emmerdeurs « number one » de tout ce qui vient de la capitale (coucou Gérard Collomb :), sont les mieux placés pour les en empêcher, et que le hasard du calendrier fait bien les choses. Larges vainqueurs, cette semaine, d’une Étoile Rouge de Belgrade pâle héritière de ses glorieux anciens, les coéquipiers de Mbappé sont toutefois largement favoris et quasiment au complet. Tuchel, qui ne tarit pas d’éloges sur l’OL en fin diplomate qu’il est, aura donc l’embarras du choix. Marquinhos va jouer, sans doute en 6 avec Verratti. La « MCN » animera l’attaque. Quant au gardien, Buffon est favori devant Areola.

L’arbitre

C’est Antony Gautier qui régentera ce choc dominical. Le Nordiste n’a encore arbitré aucune des deux équipes en Ligue 1 cette saison, mais on se souvient qu’il officiait en Coupe de France l’an passé lors du quart douloureux à Caen (1-0). En championnat, son bilan 2017/18 est de 2 nuls et 2 victoires pour l’OL.

Suivez-nous sur Facebook