Header Social Gones
On a croisé Philippe Malige
25SEP
  • Publié le 25/09/2018 à 12:59 par Zakarie

On a croisé Philippe Malige

Petit hors-série de la part de Social Gones avec un entretien en compagnie de Philippe Malige, ancien arbitre de Ligue 1 comptant près de 250 matchs à son actif, toutes compétitions confondues.

Après 11 ans de carrière, il y a des moments qui marquent un arbitre, lequel est avant tout un passionné de football. Philippe Malige, qui a réalisé son rêve de devenir pro et d’arbitrer des matchs de Ligue 1, n’est pas avare de souvenirs. Les matchs à Gerland, par exemple et des ambiances magnifiques comme à Lens, mais surtout le fait d’avoir pu, comme 4e arbitre, se rendre au Camp Nou, à l’Allianz Arena et à Giuseppe Meazza.

Arbitre pendant la période faste de l’OL, M. Malige a quelques souvenirs de nos plus grands joueurs comme Juninho. Quand le Brésilien prenait la balle pour tirer un coup franc, « l’homme en noir » restait neutre mais le passionné était admiratif. Un autre Lyonnais l’a tout aussi impressionné : Grégory Coupet. Pour ceux qui se souviennent de la saison 2005-2006, nous affrontions le Nantes de Serge le Dizet et Mickaël Landreau à la Beaujoire. A la 6e minute, les Canaris obtiennent un pénalty. Nicolas Savineaud le tire, Grégory Coupet l’arrête. Le gardien rhodanien sera même élu homme du match (qui se terminera par une victoire 1-0, but de Fred). Pour Philippe Malige, Coupet était à ce moment-là le meilleur gardien français devant Barthez.

Karim Benzema l’a également marqué. Après l’avoir arbitré, notamment, en janvier 2006 contre Grenoble dans l’ancien stade Lesdiguières où le futur « KB9 » inscrira un doublé (score final 4-0), un match lui revient particulièrement : Le Mans-Lyon, qui comptait pour la 30e journée de Ligue 1 2008-2009. C’est en effet la première (et dernière) fois de sa carrière qu’il sifflera un pénalty pour l’annuler ensuite. Benzema se signalera ce jour-là d’un doublé pour une victoire 3-1 à Léon-Bollée (l’ancien stade manceau).

Autre anecdote, à domicile cette fois-ci : lors du match Lyon-Caen d’avril 2008 (35e journée), c’est M. Malige qui doit exclure Fabio Grosso à la mi-temps lorsque le champion du monde italien gifle Yoan Gouffran dans le couloir de Gerland. Jean-Michel Aulas est alors assez remonté car l’OL est mené au score, mais l’inévitable Benzema égalise, calmant les ardeurs présidentielles.

La force de l’OL reste, selon lui, sa formation et le fait d’avoir donné de la confiance aux jeunes, même pendant notre grosse période, et de continuer à le faire. Pour l’ancien arbitre, l’OL a les moyens de rester sur le podium – Paris étant hors concours – en concurrence avec Marseille et Monaco, tout en devant se méfier de Rennes et de Nîmes (oui, notre cher ami est nîmois…).

Quant à savoir qui est son arbitre préféré du moment… « C'est difficile d'en sortir un seul, je citerais Clément Turpin, Ruddy Buquet, Benoît Bastien et Jérôme Miguelgorry. Les 3 premiers en raison de leur expérience des grands rendez-vous, le dernier pour sa communication conviviale et positive avec les joueurs. À l’international, j'aimais bien Nicola Rizzoli, qui a arrêté l'an dernier. Sinon, j'aime bien Félix Brych, Szymon Marciniak et l'Argentin Nestor Pitana qui a arbitré la finale de la Coupe du monde. »

Merci à Philippe Malige de nous avoir accordé un peu de son temps. Et bonne chance à son club de cœur cette saison !

Suivez-nous sur Facebook