Header Social Gones
Fabio « Celeste » Grosso, l’autre champion du monde
16SEP
  • Publié le 16/09/2018 à 19:54 par Zakarie

Fabio « Celeste » Grosso, l’autre champion du monde

Quel plus gros défi pour un joueur que de venir dans un club après avoir battu le pays de celui-ci en finale de Coupe du monde, qui plus est en ayant marqué le dernier but de la victoire au bout de la séance de tirs au but ? C'est ce qu'a fait Fabio Grosso.

Né à Rome en 1977 mais formé à Renato Curi, dans les Abruzzes, il signe à Pérouse en 2001, puis Palerme en 2004 et gagne la Série B avant de rejoindre l'Inter Milan après avoir remporté le fameux mondial 2006 avec la sélection italienne contre les Bleus, au terme d’une finale marquée par le coup de boule de Zizou sur l'un des compères défensifs de Fabio Grosso, qui deviendra aussi son coéquipier en club, Marco Materazzi. Il faut se souvenir que c'est déjà lui, le futur Lyonnais, qui a inscrit le premier but de l'Italie en demi-finale à Dortmund contre l'Allemagne…

Il remporte la Série A avec une avance énorme sur le deuxième (l'AS Roma) de 22 points, la Juventus ayant été reléguée et le Milan AC délesté de 8 points en moins à cause du scandale du Calciopoli. En 2007, il déboule à Tola Vologe pour parapher son contrat avec les Gones et remplacer Éric Abidal, parti au FC Barcelone, au poste d'arrière gauche. Le nouveau numéro 11 marquera Gerland de son empreinte avec 78 matchs pour deux buts en jouant un rôle important dans le doublé Ligue 1-Coupe de France 2008 sous les ordres d'Alain Perrin, un doublé qui s’ajoute au Trophée des Champions glané à son arrivée en 2007.

Fabio « Celeste » Grosso, l’autre champion du monde

Ses performances lyonnaises taperont dans l'œil de Claudio Ranieri, puis de Ciro Ferrara à la Juventus de Turin, qu'il rejoint sous les ordres du dernier cité et où il reste jusqu'en 2012 pour s’adjuger une nouvelle fois la Série A avec Antonio Conte comme entraîneur et les « classiques » Gianluigi Buffon, Giorgo Chillieni et Alessandro Del Piero. Une fine équipe avec qui il avait gagné le Mondial 2006.

Devenu entraîneur principal de la Primavera (équipe de jeunes) à la Juve en 2014, où il fait plutôt bonne figure jusqu’à la fin de son mandat en 2017 (Tournoi de Viareggio des U19 remporté en 2016 + 63 % de victoires en moyenne sur ses trois saisons avec les petits Juventini), il recroise la route de l’OL en Youth League pour un partage des points (succès 3-0 de la Juve à Décines, défaite 0-1 au retour sur un but du jeune Aouar). Il fait ensuite ses armes « chez les grands » en Série B, d’abord à Bari (18 V, 13N, 11 D) qui termine 7e mais est déclaré en faillite, puis cette saison au Hellas Vérone, tout juste relégué de Série A. Son contrat court jusqu’en 2020.

Nous lui souhaitons bonne chance dans la ville du romantisme. Grazie mille, Fabio !

Suivez-nous sur Facebook