Header Social Gones
Quel avenir pour Olivier Kemen ?
12SEP

Quel avenir pour Olivier Kemen ?

Après deux prêts successifs au Gazélec Ajaccio, il est revenu cet été en terre lyonnaise avec la ferme intention de s’y imposer. Déterminé, et malgré un retour en CFA, le milieu espère toujours pouvoir s’inscrire dans la rotation du milieu de l’OL. Retour sur le début de carrière mouvementé d’Olivier Kemen.

La banlieue parisienne regorge de talents, Olivier Kemen en est un exemple parmi tant d’autres. À l’âge de 8 ans, le natif de Douala (Cameroun) s’inscrit dans le club de sa ville, l’AF Garennes-Colombes, situé dans les Hauts-de-Seine. Quatre ans plus tard, il rejoint le plus gros club amateur français, l’AC Boulogne-Billancourt, où sont passés plusieurs joueurs de Ligue 1 dont l’ex-Lyonnais Myziane Maolida, le Niçois Allan Saint-Maximin ou encore Hatem Ben Arfa. Là, il s’illustre au point d’intégrer l’année suivante le centre de formation du FC Metz.

Quel avenir pour Olivier Kemen ?

Mais son aventure messine ne part pas sur de bonnes bases. Bertrand Antoine, son coach de l’époque, déplorait, dans un entretien au Républicain Lorrain, son manque d’attention au projet : « [Olivier] ne s’inscrivait pas dans notre double projet sportif et scolaire et on avait décidé de ne pas [le] garder ». Finalement, le joueur reste au club et s’adapte aux règles du groupe. Après trois saisons, il décide de rejoindre Newcastle qui, contrairement au club messin, lui propose un contrat professionnel. De son passage en Lorraine, Kemen garde de très bons souvenirs, au point de considérer aujourd’hui Metz, qui lui « aura tout apporté », comme son club de cœur.

À 16 ans, le futur Gone découvre donc un nouveau décor et un nouveau football. Outre-Manche, il est utilisé, grâce à ses qualités physiques et techniques, en « box-to-box ». Le milieu restera deux ans dans le club anglais pour un bilan de 27 matchs, trois buts et deux passes décisives avec les U21 des Magpies.

Un état d’esprit exemplaire

Avant d’arriver à Lyon, le joueur de 22 ans a toujours laissé une excellente impression à ses éducateurs et coachs : celle d’un footballeur de grand talent doté d’un état d’esprit exemplaire. En dehors et sur le terrain, c’est une personne très réfléchie et mature. Lors d’un entretien à Eurosport, Mathieu Pasquier, son premier entraineur à l’AF Garenne-Colombes, peignait déjà le portrait d’un joueur ambitieux et déterminé : « Ce garçon a une détermination impressionnante […]. Plus que son talent, déjà énorme, c'est cette envie qui l'a fait réussir ». De ce fait, et sans avoir joué une seule fois avec les pros, le milieu défensif est, à l’été 2015, courtisé par des clubs anglais tels que Liverpool ou Tottenham et par l’Olympique Lyonnais. Il choisit finalement de rejoindre la capitale des Gaules afin de continuer sa progression.

Prémices d’une aventure lyonnaise compliquée

Durant le money-time du mercato estival 2015, Olivier Kemen rejoint l’Olympique Lyonnais pour un montant de 800 000 euros. Son premier match avec l’équipe première, il le dispute le 28 février 2016, au Parc OL, pour la réception du PSG. Lors de ce choc que l’OL remporte 2-1 sur des buts de Darder et Cornet, le milieu de terrain entre en jeu à la 75e minute pour remplacer Rafael.

Alternant entre la réserve et le groupe professionnel, le joueur a toutefois peu l’occasion de faire valoir son talent auprès du coach lyonnais. Il ne joue d’ailleurs que quatre matchs en pro, dont une titularisation contre le Stade de Reims. Compte tenu de son manque de temps de jeu à Lyon (166 minutes en deux saisons chez les pros), le joueur est prêté à l’hiver 2017 au Gazélec Ajaccio.

Quel avenir pour Olivier Kemen ?

Deux prêts encourageants au Gaz'

En quatre mois de prêt, Olivier Kemen va démontrer toutes ses qualités. Sur les 16 matchs qu’il dispute, dont 9 en tant que titulaire, il abat un travail considérable dans l’entrejeu, aussi bien à la récupération qu’en participant aux offensives corses. Physiquement impressionnant et très juste techniquement, le milieu régale par son excellente couverture de balle et sa capacité à casser les lignes, par ses passes ou sa percussion. Enfin, malgré son poste, il prouve qu’il sait être décisif pour son club en y enregistrant quatre buts et deux passes décisives.

Dans la foulée de ce prêt, Olivier Kemen s’attend à rejoindre le groupe pro lyonnais, comme il le confie alors dans l’émission Le Vestiaire :

Seulement, face au milieu de terrain fourni de l’OL, il est contraint de jouer pour la CFA sous la houlette de Cris. Il décide donc de retourner en prêt chez les diables rouges, cette fois-ci pour une saison complète. Il y confirme tous les espoirs placés en lui et s’illustre de nouveau grâce à son gros volume, sa vision du jeu et sa qualité de frappe.

Lors du match contre Tours, le 24 novembre 2017, que son équipe s’adjuge 2-1, le milieu livre un récital. Ce soir-là, Olivier Kemen déploie une activité remarquable, récupère, percute, délivre une merveille de passe pour le but de David Gomis, puis se signale à son tour d’une superbe praline dans la lucarne qui permet aux siens de s’imposer. Au total, lors de la saison 2017-2018, l’ancien Messin a participé à 30 matchs, dont 26 en championnat.

Quel avenir pour Olivier Kemen ?

L’EDF : capitanat en jeunes, non sélectionné chez les Espoirs

Auteur d’un seul but chez les Bleuets, Olivier Kemen était un élément charnière des sélections de jeunes où il aura participé à 35 rencontres entre 2012 et 2015. La plupart de ses capes ont été honorées sous la direction de Patrick Gonfalone, qui lui avait confié le brassard, notamment en U19 et en U20. Désormais sélectionneur des U17 français, Gonfalone vantait en 2015, dans un entretien à Ouest-France, son état d’esprit et son leadership qui en font un « leader de vestiaire ». Toutefois, ses concurrents au poste, tels que Lucas Tousart, s’étant imposés dans leurs clubs respectifs, le Franco-camerounais n’a plus été appelé depuis la victoire contre les Pays-Bas (2-0), le 7 septembre 2015.

Un avenir à Lyon incertain

Du haut de son mètre 75, celui dont les modèles sont Lassana Diarra et Alexander Song se retrouve aujourd’hui dans une impasse. Si son nom était évoqué avec insistance cet été pour un transfert du côté du Sivasspor (Turquie), le milieu a finalement décider de rester, croyant toujours en ses chances dans le club rhodanien. Oui mais voilà, son début de saison a démarré le 8 septembre… en CFA. Et face à une concurrence qui ne se désemplit pas, avec un Tousart indéboulonnable pour l’entraîneur lyonnais, Cheick Diop qui semble enfin faire partie des plans de Bruno Génésio et Jordan Ferri qui est resté au club, ses chances d’évoluer avec les pros sont pour le moins compromises…

Par @arthus_vr

Suivez-nous sur Facebook