Header Social Gones
Nabil temporise...
11MAY

Nabil temporise...

Si la rumeur le voit à l’étranger l’an prochain, le capitaine de l’OL est aussi libre... de rester.

Alors que la rumeur, dont se font l’écho – avec gourmandise – l’Équipe et RMC, l’envoie un peu partout, et surtout en Angleterre (Liverpool, Chelsea), Nabil Fekir, qui dit préférer la Liga, oppose une fin de non-recevoir. Promu capitaine de l’OL new look après le départ de vieux briscards tels que Gonalons et Lacazette, voire Grenier, notre gaucher préféré ne semble pas si pressé que cela de quitter les bords du Rhône.

Dans l’Équipe de ce vendredi, le numéro 18 lyonnais se livre et confirme le démenti de son père, Mohamed, paru la veille sur olympique-et-lyonnais.com : « Le président m’avait dit qu’on discuterait le jour où je souhaiterais partir. Il n’y a pas un joueur qui dit "je vais signer à vie dans un club". Ce n’est pas comme ça dans ce milieu. Mais je ne dispose d’aucun accord pour partir en fin de saison. Je suis sous contrat jusqu’en juin 2020. Et je laisse faire le destin. [...] Ça ne trotte même pas dans un coin de ma tête. J’essaie de vivre au jour le jour [...]. »

Cette dernière phrase, peut-être inspirée de la scène finale de Rambo 2, nous rappelle sans doute involontairement combien il serait dangereux d’aller au feu – comprendre : en Ligue des champions – sans un chef de section ayant l’étoffe pour ce genre de mission périlleuse. Au sujet de la C1, justement, Nabil ajoute qu’une qualification pourrait évidemment peser dans son choix de rester à l’OL : « Bien sûr ! Lyon est mon club de cœur, celui que je supporterai à vie. » Certes, ce genre de déclaration est à prendre avec une précaution de démineur, mais cela vaut toujours mieux que : « J’en ai marre de ce club et de ce coach, sortez-moi de là ! ».

Désireux de faire partie du commando des 23 qui décollera de Saint-Ex’ et sera largué le 10 juin sur le front russe, juste après une dernière répétition au Groupama Stadium, face aux GIs de l’oncle Sam, le tortionnaire de Geoffroy-Guichard peut être tenté de croire que tant que Deschamps sera sélectionneur, et même s’il fait actuellement sa meilleure saison à l’OL, ses chances seront plus grandes d’évoluer en bleu loin de la capitale des Gaules. Parce que c’est ce qui se dit. Est-ce pour autant une garantie absolue ? Niet. Plusieurs cas récents (Martial, Coman, Laporte, Bakayoko...) prouvent que l’exil peut aussi éloigner de la sélection, à moins d’être titulaire inamovible ou dans les bonnes grâces de « DD ». Ce qui n’est pas souvent le cas des anciens élèves de l’Académie.

À supposer que les Gones décrochent leur billet pour le vol direct « LDC 2018/2019 » d’UEFA Airlines et que Fekir ait envie d’embarquer avec eux, encore faudra-t-il que tout le monde y trouve son compte. Une façon de dire que son avenir dépendra aussi de Jean-Michel Aulas, de la capacité du président à résister aux quelque 75 M€ annoncés pour la vente de son meneur de jeu, et de ses ambitions réelles pour le prochain exercice.

L’avantage dans le cas de Nabil, dont le contrat se termine dans 2 ans, c’est qu’il peut faire encore une pige à l’OL sans être dans « l’obligation morale » (coucou Rachid) de prolonger. L’autre paramètre à prendre en considération, c’est évidemment la Coupe du monde. Sa présence ou non dans les 23 et ses éventuelles prestations en Russie fonderont peut-être aussi sa décision... et celle des clubs qui l’ont dans le viseur.

Suivez-nous sur Facebook