Header Social Gones
OL-ASSE (1-1) : coup de froid sur le derby
26FEB

OL-ASSE (1-1) : coup de froid sur le derby

La 116e opposition entre Lyonnais et Stéphanois n'aura pas tenue toutes ses promesses, les Rhodaniens n’ayant pu faire mieux que match nul face aux Verts.

L'OL accueillait les Ligériens dans un Groupama Stadium plein comme un œuf et visiblement encore émerveillé par la performance cinglante du match aller (victoire 5-0), à l'image du splendide tifo du Virage Sud en l'honneur du capitaine Nabil Fekir.

Lyon qui rit

Si l'ambiance était hostile aux petits hommes verts, ce sont bien eux qui se montraient les plus entreprenants dans un début de match assez peu intense. Robert Beric croyait ouvrir le score au quart d'heure de jeu, mais son but était logiquement refusé pour une position de hors-jeu. Les Gones répondaient quelques minutes plus tard par un magnifique enchaînement du buteur dominicain Mariano Diaz qui, à réception d’un long ballon de Marcelo, se jouait facilement de Loïc Perrin et du portier adverse (1-0, 19e).

Les rouges et bleus étaient enfin rentrés dans leur rencontre et tentaient même de faire vaciller la défense du rival héréditaire par des frappes de N'Dombélé (28e) et Memphis (40e) que repoussait un grand Stéphane Ruffier. Les seules fausses notes de la première période étaient la sortie sur blessure du Brésilien Rafael, remplacé par Kenny Tete (34e), et le visage grimaçant de Lucas Tousart, victime d'un virus. À noter également la prestation calamiteuse de Bertrand Traoré sur son aile droite.

Lyon qui pleure

Houssem Aouar faisait son entrée dans l'arène à la place de Tousart et la partie semblait s'enliser dans un faux rythme en début de seconde période. Mariano obligeait tout même Ruffier à s'employer sur une frappe trop axiale à l'heure de jeu (59e). Les Lyonnais reculaient progressivement et Capitaine Nabil était contraint de quitter ses partenaires en raison de douleurs au genou droit (69e). Bruno Genesio décidait donc de faire rentrer un cinquième défenseur : un coaching tout sauf gagnant et le tournant de la rencontre.

Le bloc lyonnais terminait en effet la rencontre très bas, dans une sorte de guerre de position assez invraisemblable pour une équipe qui recevait. Beric manquait de peu l'égalisation (75e) et Hamouma voyait son tir contré flirter avec le poteau gauche de Mathieu Gorgelin (76e). Memphis répondait sur coup de pied arrêté à cinq minutes du terme, mais Ruffier restait solide sur sa ligne de but. Et ce qui devait arriver arriva donc à la 89e : Cabella trouvait Mathieu Debuchy sur un centre en retrait. Le défenseur international trompait toute la défense rhodanienne et remettait les deux équipes à égalité (1-1).

Ce match au sommet aura donc tout eu d'un pétard mouillé, ou plutôt d'un pétard gelé. Pas d'effusions de joie dans un stade qui s'est doucement endormi au fil de 45 dernières minutes glaciales où les Lyonnais semblaient attachés à respecter leur credo de l'année 2018 : jouer une mi-temps sur deux. Au final, ce nul fait mal car le voisin stéphanois vient chercher le premier point de son histoire au Parc OL et le podium semble toujours plus loin après ce cinquième match consécutif sans victoire en championnat. Des choix douteux, une mentalité défaillante et des physiques fragiles : plus rien ne semble aller du côté de la maison lyonnaise. Qu'attendent-ils pour (tout) changer ?

Le debrief de @ThomasMcho :

Suivez-nous sur Facebook