Header Social Gones
L’Interview escalade : Épisode 1 - Eddy Fleck
16OCT
  • Publié le 16/10/2017 à 17:07 par Hugo B

L’Interview escalade : Épisode 1 - Eddy Fleck

Du haut de ses 46 000 abonnés, Eddy Fleck règne en maitre sur le Twitter des supporters lyonnais, où il traite l’actualité football avec humour. Récemment, il a sorti le Bidonero, un dictionnaire déjanté sur le foot, en partenariat avec Maxime Mianat. Surtout, il a accepté de se livrer à la première Interview Escalade. Le concept est simple : on commence par des questions très sérieuses, avant de dériver vers quelque chose d’un peu plus…fantasque.*

Comment es-tu venu à aimer le foot, et l’OL ?

 Naturellement, comme beaucoup nés à Lyon. Mon père m'avait inscrit à l'école de football de mon quartier (l'AS Montchat, formidable académie). J'étais pas dégueulasse malgré un déficit au niveau de ma taille puisque j'ai eu beaucoup de mal à dépasser les 1,10 mètres. Pour l'OL, j'ai démarré à Gerland par un 8-0 contre l'OM, à l'âge de six ou sept ans. Tu peux difficilement faire mieux. J'ai jamais été fan de matchs au stade mais cette première fois où j'ai vu la pelouse brillante, c'était marquant. Quelques années plus tard, j'avais fait le déplacement avec mon club au stade de France pour la finale de la Coupe de la Ligue entre l'OL et Monaco. Là aussi, c'était fort. Merci Gérard Collomb.

 

 Quel est ton joueur préféré passé par l’OL ?

 C'est impossible de dire autre chose que Juninho, même si j'aurais eu envie de te raconter une vanne. J'ai pas le souvenir d'avoir sauté de joie à son arrivée parce que je le connaissais peu (et il y avait pas tous les réseaux sociaux pour faire monter la sauce). Par contre, je me souviens très bien de son triplé contre Auxerre lors de la deuxième saison où j'ai définitivement compris qu'on avait pris un gros porc. Sinon, je peux citer aussi Benzema, Govou, Umtiti, Lacazette et Tolisso parce que ce sont des gamins d'ici et que c'est spécial. Puis Tiago pour finir, l'amour de vacances, court mais intense.

 

Quel regard portes-tu sur la saison dernière de l’Olympique Lyonnais ? Y’a-t-il notamment un joueur qui t’a plu ?

 C'était la saison de la schizophrénie. D'un côté, beaucoup de qualités avec un effectif perfectible qui m'a fait vibrer sur quelques matchs en Europa League, de l'autre, un record de défaites en championnat et des choix de joueurs qu'on a encore du mal à comprendre. On a eu enfin une saison sans gros pépins physiques mais j'ai l'impression que ça n'a pas rendu la tâche facile à notre ami Bruno Génésio puisqu'il a dû faire des choix forts (et il ne les a pas faits). Le grand homme de la saison, c'est Lacazette. Déjà parce qu'il est immense dans tout ce qu'il réalise, avec et sans ballon, et surtout parce qu'il n'était pas du tout aidé par le reste de l'équipe. Sur certains matchs, on peut aussi mettre Tolisso qui a été XXL, notamment sur la rencontre au Parc des Princes en fin de saison avec un volume de courses que j'avais rarement vu.

 

Qu’est-ce qui a manqué à l’OL pour se hisser en finale d’EL selon toi ? Comment as-tu vécu cette élimination ?

 J'ai plutôt envie de te demander comment on a réussi à se hisser jusqu'en demi-finale. Il a manqué beaucoup de choses mais il fallait la fermer tant que ça passait. C'est particulier d'aimer ce sport, d'avoir la haine sur la majorité des matchs et de s'exciter seulement sur quelques fulgurances. Il y avait zéro logique, c'était du football FIFA. Pour l'élimination, j'avais les boules forcément mais quand le football récompense l'équipe cohérente et qu'on est pas totalement débiles, tu finis par rapidement accepter.

 

Qu’attends-tu de l’OL cette saison, en terme d’objectifs, de fond de jeu notamment ? Y’a-t-il un joueur sur lequel tu portes des espoirs particuliers ?

 J'attends absolument rien collectivement puisque je doute qu'on puisse monter quelque chose de séduisant avec 80% du onze qui change mais avec le même dispositif tactique. On l'a d'ailleurs vu pendant les matchs de préparation et sur ce début de saison... Par contre, individuellement, j'ai bien envie de voir ce que vont donner les nouveaux autour de Nabil Fekir. Je suis pour l'instant parti pour une saison football buffet, en croquant sur quelques cassages de reins, quelques beaux gestes.

 

Que t’inspirent les départs d’Alexandre Lacazette et Corentin Tolisso, qui se sont envolés pour deux grands clubs ?

 Pour Tolisso, j'aurais aimé l'avoir une saison de plus, d'autant plus que ce sera très difficile de retrouver un joueur aussi complet pour le milieu de terrain à deux. Lacazette, c'était acté et c'est très bien pour lui. J'aurais préféré le suivre à l'Atlético ou à Dortmund mais ça, c'est personnel. Ça reste une fierté de voir que ces mecs du centre finissent dans les grands clubs même si je sais que c'est difficile à comprendre pour certains supporters. Quand on vend ses jeunes à Boavista et Béziers en même temps...

 

Selon toi, quelle équipe, à l’image de Nice l’an dernier, pourrait nous surprendre cette saison ?

 Je vois pas de grosses surprises cette fois parce qu'on a big five qui se dessine et qui se tire vers le haut en balançant du fric à la gueule des autres équipes (Paris, Monaco, Lyon, Nice et Marseille dans l'ordre). Après, il y a Bordeaux, Saint-Etienne et Lille en embuscade selon moi.

 

Quelle équipe de Ligue 1 a réalisé le meilleur mercato pour l’instant d’après toi ?

 (Sans parler de Paris qui a racheté l'équivalent du PIB du Bostwana) J'aime toujours les idées de Nice avec Sneijder, Lees-Melou ou Saint-Maximin. Sinon, je l'avais dit avant le début de saison mais les achats de l'OL me plaisent. Tout ce qui est audacieux, original et pensé par Florian Maurice me donnent envie de voir. C'est toujours plus excitant que la barquette de surgelés à réchauffer type Valbuena ou les coups foireux de dernière minute à la Mateta. Ce qui est surtout positif, c'est que tout a été géré très vite cette fois même si on a pas pu s'empêcher de faire notre connerie annuelle avec les ventes de Mammana et Darder.

 

 Dans une interview pour France Football, tu disais que ton rêve était de devenir commentateur sportif, comment ce rêve t’est-il venu ? Un modèle de commentateur ?

 Entre l'abonnement Canal Plus qui est arrivé tard chez moi et l'interdiction de rester éveillé après 20 heures, j'ai suivi mes premières rencontres avec une petite radio que je mettais sous l'oreiller (c'était Hit & Sport à l'époque pour les matchs de l'OL). Et je pense que c'est de là que le kiff est venu. Maintenant, quand je regarde un match, je m'imagine souvent le commenter et je me dis que c'est super compliqué. Mais ça me plairait beaucoup. Pour le modèle, Grégoire Margotton, sans hésiter. Et j'aime bien Jano Resseguié parce que je le trouve impressionnant.

 

 Je t’emmène dans un autre rêve : tu as 16 ans, tu viens d’obtenir ton premier contrat pro à l'OL. Quel serait ton plan de carrière idéal ?

 Je me fais repérer par un agent reconnu au passé trouble qui prend ma carrière en main. Alors que j'étais un adolescent assez réservé, il décide de me relooker : coloration des cheveux en rouge, tatouages, dents en or et il me fait rencontrer Booba. Après dix matchs joués en pro et deux passes décisives, je demande au club de tripler mon salaire. Refus catégorique. Mon agent me conseille de ne plus me rendre aux entraînements, ce que je fais. C'est alors que Monaco s'intéresse à mon profil et souhaite m'acheter avant de me prêter au Grunweig Vanbergen (D3 belge). Au bout d'une saison, je suis transféré définitivement au club qui gravit les échelons jusqu'à atteindre la première division belge. Après deux années passées sans jouer parce que je ne lâche pas assez le ballon, je décide de mettre un terme à ma carrière et me lance dans une carrière solo rap.

 

On nous a vanté ta patte gauche. Si tu devais te comparer à un joueur, ce serait plutôt qui ?

 C'est Génésio qui t'a donné l'information ? Parce que je suis exclusivement droitier. Dans le style ailier droit, je suis du genre à avoir quelques fulgurances, plutôt bon en dribbles et en coups de pied arrêtés, avec un caractère de merde et qui peut rapidement plonger après un geste raté : mmmmh Rachid Ghezzal.

 

Le plus magique : Ronaldinho ou Zidane ?

 Tout phrase commençant par « le plus » se termine forcément par Zidane.

 

 Le dernier livre que tu as lu ?

 C'était en avril dernier, le bouquin de David Trezeguet, Bleu ciel. Très cool. Là je suis sur Onze mètres de Ben Lyttleton au rythme de deux pages par trimestre.

 

 S’il ne devait rester qu’un seul film ?

 Million Dollar Baby parce que j'ai miaulé devant. Et Speed juste pour Sandra Bullock.

 

 Twitter est une forme de communication à part, un genre d’expression différent, avec ses propres codes. Toi qui as plus de 46 000 abonnées, tu pourrais nous donner la clé pour un tweet réussi ptdrrr ki a fé ça jsuis mooooort *smiley qui pleure* ?

 Comme aurait pu dire le grand Fabrice Luchini, « Un bon tweet est comme une première rencontre avec une fille : il faut que ce soit pas trop long, un peu gênant pour le rendre mignon et qu'il y ait une chute. » Comme cette réponse.

 

Honnêtement, le lyonnais le plus drôle de Twitter, c’est Zénon Zadkine ou toi ?

 C'est moi. Je suis drôle et je peux encore aller en Corse (je pense).

 

 Que conseillerais-tu à un gamin qui n’a que 17 et qui hésiterait entre le livre Deuxième Mi-Temps de Pierre Menés (à 16,90chez tous les bons marchands de journaux) et Le Bidonero (14,95) ?

 Je lui dirais de garder son argent et je lui enverrais le livre gratuitement car j'en ai 200 à la cave et le propriétaire me menace d'une expulsion.

 

Dans ce magnifique livre, vous ne parlez pas seulement de football, aussi de Dragon Ball Z notamment. Alors brisons tout de suite ce malaise ambiant en répondant à la question que tout le monde se pose : Sangoku ou Vegeta ?

 Vegeta, j'aime bien les écorchés vifs et puis il a quand même pondu Trunks, le personnage le plus sexy de la saga. En plus, il n'a pas été recalé à la visite médicale à cause de ses problèmes de cœur comme notre ami Sangoku, le Lilian Thuram du manga.

 

 Après avoir répondu à presque toutes les questions, tu dirais que t’es plutôt fier d’être le « parrain » de ces ITW, ou est-ce que tu remets actuellement en cause tout ton parcours jusque ici avec une certaine honte ?

 Toujours fier de répondre à des questions sur Lyon sans aucune contrepartie financière, même si tu viens de me griller une heure dans ma journée (longue vie à Social Gones quand même).

 

 *interview réalisée mi-août, avant le début de saison de L1

Suivez-nous sur Facebook